Magazine H2o | Carré de Réunion, Versailles | Infrastructures-Environnements urbains

Dessin de tacé de fleuve

Accueil > Dossiers > Infrastructures > Carré de Réunion, Versailles

partenaire du projet

eau_de_paris_logo.jpg

 

logo-officiel-2013-annee--internationale-de-l-eau.jpg

Carré de Réunion, Versailles

Mots clés : Carré de Réunion, Versailles, STEP, SMAROV, Station Jardin, Grand Canal
Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Index du dossier
1. Une "station jardin" pour Versailles
2. Le projet technologique
3. Le projet architectural

201312_smarov_itl1.jpg

CARRÉ DE RÉUNION
Une Station Jardin pour Versailles

Le Syndicat mixte d’assainissement de la région ouest de Versailles – SMAROV, a lancé courant de l’été 2011 le chantier d’extension et de modernisation de la station d’épuration Carré de Réunion, située à proximité du Grand Parc de Versailles et de la célèbre perspective construite le long du Grand Canal par le maître jardinier, André Le Nôtre.

Martine LE BEC
visite de chantier organisée par le cimentier Calcia – Italcementi Group
h2o – décembre 2013

 

Le projet d'extension de la station d'épuration Carré de Réunion poursuit trois objectifs : améliorer les performances du traitement des eaux usées en conformité avec la directive européenne sur les eaux résiduaires urbaines (DERU) et la directive cadre sur l’eau (DCE) ; augmenter la capacité de traitement de l’usine pour répondre aux enjeux démographique et environnementaux ; enfin, réduire les nuisances de l’activité pour mieux préserver le cadre de vie des habitants riverains.

Le système d’assainissement sur Le territoire du SMAROV repose sur des infrastructures très anciennes et très prestigieuses puisque le réseau d’assainissement doit son existence à la construction du Château de Versailles et de ses dépendances. Les deux collecteurs principaux (Versailles utilitaires nord et sud), établis à travers le parc de Versailles, datent respectivement des XVIIe et XVIIIe siècles (égouts Saint-Louis et égouts Notre-Dame). Tous deux convergent vers le Carré de Réunion, un vaste bassin de décantation avant de rejoindre le ru de Gally. Dès 1740, le lieu-dit "Carré de Réunion" sert déjà de lieu de rassemblement des eaux usées de Versailles avant d’être rejetées dans la rivière de Villepreux appelée aujourd’hui ru de Gally (cette jonction pourrait être à l’origine du nom du lieu-dit, sachant que l’endroit, situé au fond du parc de Versailles, servait aussi de point de rendez-vous pour les participants des chasses organisées dès 1622 par le jeune roi Louis XIII).

De 1947 à 1951 se construit la première station d’épuration sur la Plaine de Versailles qui prend place naturellement sur le site de l’ancien bassin Carré de Réunion. La station connaît une première extension entre 1964 et 1965 puis une restructuration entre 1988 à 1995 en vue d’anticiper les normes de rejet imposées par la Loi sur l’eau de 1992.

Le schéma général d’aménagement du site s’inscrit dans la continuité du renforcement des qualités environnementales et paysagères de la Plaine de Versailles, orientée est/ouest, et sur laquelle est implantée une partie de la station d’épuration. Le site est marqué la proximité du château, de ses jardins, du Grand Parc et de son Grand Canal ; en rive gauche, la station longe les paysages de la Plaine elle-même classée ; son cours d’eau, le ru de Gally dans lequel sont rejetées les eaux épurées par la station, irrigue un vallon boisé. Toutes ces contraintes pesaient évidemment sur le projet architectural – voir en 3ème partie.

 

201312_smarov_11_vign.jpg  201312_smarov_12_vign.jpg
Afin de fournir les 40 000 m3 de béton nécessaires au chantier, le fabricant Qualibéton a installé deux unités de production d'une capacité de 100 m3/heure.
À droite : le nouveau bâtiment de traitement des boues par séchage thermique. Ce procédé de déhydratation/séchage/désodorisation permet de réduire sensiblement la quantité de boues produites tout en améliorant leur hygiénisation. Le bâtiment intégrera également le traitement des sous-produits de l'épuration (sables et graisses) ainsi que les sous-produits de curage du réseau d'assainissement.

 

Le ru de Gally est un affluent de la Mauldre qui se jette à son tour dans la Seine. Il prend sa source au Grand Canal dans le parc du Château de Versailles et rejoint la Mauldre après 21 kilomètres à travers la vallée de Gally à la hauteur de la maladrerie de Beynes. Le ru de Gally draine les eaux de ruissellement d’un bassin versant de 11 000 hectares dont près du tiers sont des zones urbanisées. Les rejets des eaux résiduaires épurées par la station Carré de Réunion, située à l’extrémité ouest du Château de Versailles, s’effectue quelques centaines de mètres en aval de la source du ru de Gally.
Parce que le rejet de la station représente majoritairement le débit du ru de Gally par temps sec, le SMAROV a retenu un projet de modernisation de la station adapté aux contraintes du milieu, et en adéquation avec les objectifs du schéma d’aménagement et de gestion des eaux (SAGE) de la Mauldre. Le SMAROV poursuivra ses actions par une étude de validation et de confirmation du bon fonctionnement global de son système d’assainissement sur l’ensemble de son territoire.

 

201312_smarov_13_vign.jpg  201312_smarov_14_vign.jpg
Enterré sur la berge du ru de Gally, le bassin d'orage permettra de maîtriser les flux excédentaires et de dépolluer les eaux de pluie avec une capacité de 16 000 m3.
À droite : Daniel Higoin, président du SMAROV.